Le “tamkine”: un projet global de domination de l’occident ?

La mosquée Addawa à Paris
Par Valérie G.

 

«Tamkine» ou «Tamkine Dine Allah» est un concept cité par le Coran. Pour Omar Mazri, écrivain, le Tamkine représente la territorialisation au sens coranique. Si le terme se traduit par «stabilisation » et « autonomisation» il a en fait une signification plus large : donner à la communauté (islamique) l’autorité, les moyens et les facultés de s’établir sur un territoire et y exercer sa vocation sans rival, sans oppression, sans limites autres que celles fixées par la religion ou les membres de la communauté là où la religion lui a laissé le champ libre. Au-delà de la domination sur la géographie et du pouvoir de l’État, il s’agit davantage de l’établissement d’une société réformatrice(Mujtama’â Sàleh wa Mouslih) qui fait de son territoire de vie un cadre de déploiement de compétences et de talents qu’elle selectionne elle-même. [1]
Ce terme a pris tout son sens lorsqu’en 1992, les forces de la sécurité égyptiennes ont arrêté des hauts dirigeants de la ‘Salsabil Computer Company’, membres des Frères musulmans, dévoilant des plans secrets pour renverser le gouvernement. Les plans, très détaillés, contenaient, entre autres, un plan de consolidation (khutat al-tamkin).
Les documents montrent très clairement à l’importance de la pénétration des Frères musulmans dans les institutions actives de la communauté. Les institutions comprenant outre les syndicats, les médias et les institutions judiciaires ou le Parlement, d’ «autres institutions» caractérisées par leur capacité d’apporter des changements en fait l’armée et de la police.
Ces documents secrets, montrent aussi de façon extrêmement détaillée comment les actifs des Frères musulmans vont entrer petit à petit dans les organisations d’un pays et au sein de l’Etat et monter les échelons sociaux pour finalement arriver au pouvoir.
Ainsi, si la doctrine de la Confrérie est la stratégie au long-terme, le dawa, qui vise à islamiser la société de bas en haut, le tamkine est le plan que les Frères musulmans suivent pour prendre le pouvoir. Cela ne pourra se faire que sur le bon ‘timing’ (dont parle souvent Tariq Ramadan), lorsque le mouvement (des frères musulmans) aura gagné les esprits et les cœurs d’une majorité significative, si non de tout le peuple [2].
Retour aux sources : le fondateur des Frères musulmans Hassan Al Banna avait, depuis la création des « Frères Musulmans » en 1928, imaginé pour mener à terme son projet stratégique d’islamisation, le plan de Tamkine global. Dans les années 1940, il rappelle les idées essentielles du projet tamkiniste de la confrérie et les deux buts principaux de sa mouvance islamiste qui sont : premièrement, libérer la patrie islamique de la colonisation étrangère, et deuxièmement, fonder un état islamique (un Califat), gouverné par les lois de l’islam, en Egypte, dans les pays arabes et sur toute autre terre qui connait le bonheur de la foi musulmane [3]

“Libérer la patrie islamique de la colonisation étrangère, et fonder un état islamique (un Califat)”

Ainsi, les constances idéologiques depuis Hassan Al Banna sont les mêmes. Le projet tamkiniste est toujours le même. Les méthodes s’adaptent. Les « frères » muent. La jeunesse restant la population privilégiée pour assurer l’avenir de l’islamisme.
Et pour Mohamed Louizi les musulmans de France semblent s’adapter pour mieux duper et changer les lois (à propos de la loi sur le port du voile). « N’est-ce pas le but du Tamkine – l’hégémonie et de la domination de l’islam par un djihad non armé ? [4] »

[1] [http://liberation-opprimes.net/algerie-labsence-des-cinq-maitres-2/ ]
[2] [http://www.hudson.org/research/9857-the-crisis-of-the-arab-brotherhood]
[3] [http://blogs.mediapart.fr/blog/mohamed-louizi/270515/hassan-al-banna-et-la-jeunesse-34#_ftn6]
[4] [http://blogs.mediapart.fr/blog/mohamed-louizi/050415/luoif-damar-lasfar-au-coeur-du-deni]