Qui est… Abdelkebir Kotbi ?

Abdelkebir Kotbi

Par la Rédaction

 

Abdelkebir Kotbi, qui s’est donné le nom de Lekbir Kotbi, est né le 1er novembre 1968 à Casablanca, au Maroc.
Connu pour être actif au sein de la communauté musulmane, il est l’un des membres du conseil d’administration de l’UOIF et est responsable pour les délégations régionales.
L’une de ses plus grandes actions marquantes a été son investissement pour la construction d’une mosquée dans le département de la Marne et de la région de Champagne-Ardenne, mais aussi appelée « la cité des sacres », Reims.

 
C’est ainsi qu’en 1980, l’Association de la Mosquée et du Centre Islamique de Reims (AMCIR), proche des frères musulmans, a vu le jour. Quelques années plus tard elle a obtenu un terrain offert par la municipalité qui s’est proposé pour être garant des emprunts effectués par l’association afin de financer l’édifice religieux.
Ce projet dont le budget total était entre 5 et 7 millions d’euros a pu ouvrir ses portes en juin 2014.
Les fidèles ont pu y découvrir un bâtiment de 3750 m² construit sur un terrain de 4600 m² avec un parking de 2500 m² où ils ont pu trouver un lieu de culte avec un minaret de 12 mètre de hauteur ainsi qu’un espace socioculturel contenu des salles de réunion et de séminaire puis un grand espace vert entourant la bâtisse.
En ce qui concerne sa famille, aucune information n’est donnée mis à part le fait qu’ils résident toujours au Maroc, contrairement à Lekbir Kotbi.
Il y a quelques semaines de cela, une affaire a mis à jour des témoignages
accusant Lekbir Kotbi d’avoir détourné des fonds offerts par la communauté musulmane pour l’envoyer à sa famille résident au Maroc et n’ayant pas de quoi subvenir à ses besoins.

 
Même s’il est vrai que sa famille va beaucoup mieux financièrement depuis un an, ces accusations ne sont toujours pas vérifiées.
En outre, Kotbi est aussi connu pour son franc parlé. Les tragiques évènements de Charlie Hebdo lui ont donné l’occasion de pouvoir s’adresser au gouvernement français afin de leur imposer une nouvelle loi, celle qui punirait pénalement les personnes qui insulteraient le Prophète.
Certains ont aussi critiqué le fait que les responsables de l’AMCIR ont fait la promotion du Cheikh Wahabbit Saoudien Mohamed Al-Arifi, prédicateur prestigieux connu dans tout le Moyen-Orient ainsi que le Maghreb pour avoir expliqué dans différents plateaux télévisés comment bien battre sa femme.