Qui est… Bachar el-Sayadi ?

Bachar el-Sayadi

Par la Rédaction

Bachar el Sayadi, cancérologue d’origine tunisienne, réside et exerce dans la commune de Rouen.
C’est après avoir étudié la médecine qu’il obtient son diplôme de cancérologue.
Bachar el Sayadi est connu pour être un membre indissociable de l’UOIF qui est l’Union des Organisations Islamiques de France, connue pour avoir sous son aile la majorité des associations adressée à la communauté musulmane de France.

En effet, l’UOIF est une fédération créée en juin 1983 en Meurthe-et-Moselle par le rassemblement de quatre associations du nord et de l’est du pays.
L’organisation regroupe plus de 250 associations musulmanes directement affiliées, puis, elle est propriétaire de plus de trente mosquées dans les grandes villes.

En revanche, l’UOIF est souvent considérée comme étant proche de l’idéologie des Frères musulmans et est aussi accusée de soutenir des positions extrémistes.

Bachar el Sayadi se trouve être membre actif d’une autre association appelée UMR qui signifie l’Union des Musulmans de Rouen. Effectivement, étant le président de cette dernière, il explique à travers ses diverses interviews que l’UMR travaille pour toute la communauté musulmane de France mais aussi d’Europe. Elle œuvre pour répondre aux divers besoins des musulmans, que ce soit dans les domaines religieux, culturel, social, éducatif et humanitaire.
Ainsi, l’UMR a pour but de réunir les musulmans dans une fraternité et une unification.

Bachar el Sayadi affirme que la société nécessite, et plus encore aujourd’hui, de régler le problème qu’elle rencontre avec les valeurs qui s’effacent peu à peu au milieu de la corruption et de la médiocrité.
Il estime en revanche que les valeurs issues de la religion musulmanes, sont quant à elles guidées par l’Excellence qui apparaît dans tous les domaines quels qu’ils soient, d’un niveau spirituel, professionnel, ou autre.

Le combat de sa vie, comme il exprime, et celui de ses fidèles ne devrait être que dans l’effacement de l’extrémisme afin d’inscrire les musulmans dans un islam « du juste milieu ».
Discours qui a, semble-t-il crée des tensions au sein de l’UOIF avec des membres qui n’apparaissent pas autant modéré que lui-même.