Qui est…Okacha Ben Ahmed Daho ?

Par la Rédaction

Plus connu par son simple nom Daho, c’est un haut responsable de diverses associations musulmanes de France, originaire de Sidi Bel Abbes en Algérie.
Né le 13 août 1969, ce quadragénaire a été élevé dans une stricte observance de l’islam. Au cours de ses études, il s’est engagé dans l’Union Générale des Etudiants Libres (UGEL), une association affiliée au Mouvement de la société pour la paix (Harakat Moujtama’ As-Silm – Hamas/HMS/MSP), dans la nébuleuse des Frères musulmans algériens.
Alors âgé d’une vingtaine d’année, Ben Ahmed Daho immigre en France, où il va achever son cursus universitaire à Limoges, en s’inscrivant en Master d’informatique, spécialisation en système d’informations. Il poursuit parallèlement sa voie politique en rejoignant l’EMF (Etudiants Musulmans de France) où, peu à peu, il se fera remarquer pour sa discrétion et son efficacité. Rapidement, l’EMF sera chapeautée par l’UOIF et adoptera la doctrine de la Fraternité Musulmane et sa stratégie d’organisation dans l’hexagone. Après son master, il entame un doctorat en informatique, obtenu avec succès en 1998.
Sous le prisme de cette carrière en informatique, il deviendra également professeur d’informatique au CNAM Ile-de-France, puis à l’école IRIS, tout en résidant avec sa femme et ses enfants à Limoges.
Entre2005 et 2007, il est nommé vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman-Limousin, une organisation émergeant du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), dont il deviendra par ailleurs le trésorier en 2008.
Pendant le même temps, il ouvre au nom de sa femme Fatma, un petit commerce dans leur ville d’adoption (Limoges).
En 2013, prenant du galon dans la hiérarchie de l’UOIF, il est nommé Secrétaire général de l’organisation, gérant en parallèle un statut de président de la Fédération musulmane de la Courneuve (FMC). Dans le cadre de cette « mission », le représentant musulman proposera un projet d’envergure dans cette ville : la construction d’une grande mosquée. En 2015, les négociations sur la construction de cette mosquée sous le drapeau des Frères Musulmans sont encore en cours.