Tag Archives: etat islamique

Quand la France joue avec Daesh !
daesh- armement
Par Amélie V.

Petit récapitulatif sur le financement des groupes djihadistes connus ou méconnus.
Nous savons tous que l’Arabie Saoudite et le Qatar les ont aidés, mais apprendre que la France y est aussi pour quelque chose, cela fait froid au dos.
Effectivement, il y a quelques temps de ça, la France disait officiellement vouloir aider les groupes rebelles appelés ASL qui se voulaient plus modérés et libres.
Que représente l’ASL ? En fait, l’Armée syrienne libre était la principale force armée opposée au régime de Bachar el-Assad et à l’armée régulière au début de la guerre civile syrienne, avant de comprendre qu’elle ne ferait pas le poids et ne pourrait continuer, ayant rapidement été dépassée par les factions djihadistes et salafistes.

 

Souvenez-vous, c’est en août 2012 que le ministre des affaires étrangères français est allé en Syrie et a rencontré les habitants d’un village bombardé dont les témoignages lui avait été bouleversants : « Quand on entend ça, Bachar ne mériterait pas d’être sur Terre. »
C’est ce qui a, au départ, justifié que l’on arme les rebelles en leur donnant officiellement des gilets par balles, des outils de cryptage pour la communication, des masques contre les armes chimiques ou encore des lunettes à vue nocturne. En revanche, nous avions appris plus tard que des canons de 20mm, des mitrailleuses, des lances roquettes ainsi que des missiles antichars faisaient aussi partie du lot.

 

Il n’est rien de dire que dans les faits, on ne sait pas vraiment dans quelles mains tombent toutes ses armes mais on a rapidement réalisé que l’ASL ne résout rien et ne « signifie rien sur le terrain » d’après les plus grands commandants de l’armée française.

En revanche, la chose que nous savons est que certaines d’entre elles sont tombées entre les mailles du filet d’Al Nosra qui est un groupe armé salafiste djihadiste affilié à Al-Qaïda, apparu aussi dans le contexte de la guerre civile syrienne.
D’ailleurs, Alain Juillet, ancien directeur DGSE révèle qu’il y a eu « une faillite dans le service de renseignement dans ce domaine se comprend. La première réaction a été de couper les ponts et fermer l’ambassade en Syrie en ayant plus de contact avec les services syriens. Ce qui a été une grosse erreur car il faut absolument, dans ces circonstances, garder contact. »

 

De plus, dans le même temps nous savons que les Etats-Unis envoient aussi des armes là-bas pour empêcher la progression de l’armée d’Al-Bachar contre l’El (Etat Islamique) al-Nosra et Daesh.

Une question demeure alors et toujours : comment au sommet de l’Etat français, a-t-on pu être si mal renseigné ?
Serait-ce un appareil diplomatique qui se laisse aveugler ? Dans ce cas-là, il faudrait absolument et rapidement revoir le fonctionnement du ministère des affaires étrangères, même s’il est vrai, à ce moment-là, l’axe diplomatique était totalement insistant sur un thème : « notre ennemi c’est Al-Bachar ! ».
Ainsi, comme le disait Fabius, pour ne pas subventionner les groupes islamistes, nous allons subventionner l’ASL, mais qui fut au final, une grande faillite.

 

Et cette faillite s’explique aussi d’un point de vue économique étant donné que l’Arabie Saoudite et le Qatar (qui sont des partenaires économiques de la France), sachant que face à eux, la Syrie ne pèse pas grand-chose.

D’ailleurs, Alain Chouet, ancien patron du renseignement de la DGSE se souvient très bien de ce qu’on lui répondait lorsqu’il y était et qu’il tentait d’alerter la France face à la situation sur le terrain : « Ne nous embêtez pas avec la Syrie, ce n’est même pas le PNB de la Slovénie alors on a mieux à faire avec nos amis Qataris et Saoudiens. »
Mais le Qatar, insatisfait de sa richesse, a plus d’un tour dans son sac.
C’est le cas pour une nouvelle erreur de jugement de la part du renseignement français lors de l’intervention en Libye, comme l’explique un ancien diplomate à Tripolis, Patrick Haimzadeh : « A cette époque Paris s’engage contre Kadhafi, mais c’est le Qatar qui tire les ficelles en s’appuyant sur sa chaîne de télé Al Jazeera dont l’objectif est double : faire sauter Kadhafi et en profiter pour en faire une intervention médiatique.

 

Si la France connaissait le jeu que jouait le Qatar ? Evidemment que oui, avec les hommes sur terrain mais il fallait aller vite et l’objectif premier était militaire, donc, à ce moment-là, personne ne voulait voir ce qui commençait à se dessiner en Libye.

En outre, avec l’Etat Islamique qui monte en puissance en Syrie grâce à l’argent qatari et saoudien, devient de plus en plus dangereux en se rapprochant des frontières saoudiennes et ses alliés deviennent incontrôlables, alors cette aide va peu à peu s’interrompre.

C’est en 2013 que l’Arabie Saoudite prend conscience que les rebelles qu’ils ont aidé pourraient se retourner contre eux. En été, le cabinet royal Saoudien décide donc de couper totalement les vivres aux Frères Musulmans qu’ils savent proches des mouvements violents agissant en Irak et en Syrie.
Alors, plus le choix pour l’EI qui va piller la banque centrale de Mossoul de 500 millions de dollars en lingot d’or et billets.

 

L’Etat Islam sort à cet instant du sein de son créateur et reprend la politique des Frères Musulmans.
Oui, l’Arabie Saoudite a engendré un monstre.
Et ce n’est pas le prince saoudien Walid Bin Talal, qui plus est, l’un des plus grands investisseurs saoudiens en France, étant la 20 ème richesse du monde et est connu pour la possession de Georges V ainsi que de nombreux hotels à Disneyland.
Effectivement, il s’est confié un jour à CNN : « Oui, on a une faiblesse face à ce sujet, malheureusement quelques éléments extrémistes en Arabie Saoudite ont financé des extrémistes en Syrie. Mais maintenant c’est fini.
C’est malheureusement un peu plus complexe que cela… Car si l’Arabie Saoudite ne fait plus rien pour aider l’EI, elle ne fait rien non plus pour lutter contre elle.
C’est justement ce qu’a remarqué l’ancien haut fonctionnaire du Quai d’Orsay : « L’Arabie Saoudite ne combat pas Daesh, ce sont les pays de l’OTAN. Ils envoient plus d’avions au Yémen pour se battre contre les chiites et les persécuter qu’autre chose. D’ailleurs nous pouvons aisément reconnaître la même politique que Daesh. »

 

De plus, l’Arabie Saoudite continuerait indirectement de les financer en achetant son pétrole au marché noir avec la complicité de la Turquie, a-t-on appris de Loic Le Floch Prigent, ancien PDG de l’entreprise pétrolière Elf : « Le pétrole de Daesh ne peut sortir et être payé que par des gens qui sont prêts à payer et étouffer son existence. C’est forcément un mélange de Turcs et de Saoudiens ».

Et François Hollande continue avec tout ça, d’entretenir les meilleurs rapports avec ces pays.

Il signe même en mai dernier un contrat avec le Qatar qui porte sur la vente de 24 rafales.
Puis, Monsieur Valls qui, en octobre de cette même année est parti pour signer des promesses de contrats en affirmant avec fiéreté : « Avec l’Arabie Saoudite, nous avançons en confiance approfondie dans une relation économique que nous tournons résolument vers l’avenir. Venez investir dans notre pays au cœur de l’Europe, c’est le moment, plus que jamais.

 

Pour terminer, nous pouvons aisément dire que de nombreux pays ont joué avec le feu et l’Etat Islamique, avec les Etats-Unis qui ont déstabilisé l’Irak, les Pays du Golfe qui ont financé des mouvements djihadistes et la France qui a joué les rebelles contre le pouvoir syrien sans voir qui elle avait véritablement face à elle, sans oublier la Turquie qui laisse proférer les trafics sur son territoire.

Oui, tout le monde a voulu jouer avec Daesh pour s’imposer.

 

Sources:

– https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_syrienne_libre
– https://fr.wikipedia.org/wiki/Front_al-Nosra
– http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140923-syrie-coalition-veut-armes-lutter-bachar-ei-hadi-al-bahra-onu
– http://www.altermedia.info/france-belgique/conferences/alain-chouet-ex-directeur-de-la-dgse-sur-les-revolutions-islamiques_42383.html
– http://www.huffpostmaghreb.com/2014/06/14/eiil-irak-braquage-banque_n_5495046.html
– http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2015/05/04/francois-hollande-au-qatar-pour-la-signature-de-la-vente-de-24-rafale_4626712_1656968.html
– http://www.lefigaro.fr/international/2015/10/10/01003-20151010ARTFIG00060-l-etape-presidentielle-de-valls-en-egypte.php