Tag Archives: imams

Quand le CFCM veut instaurer une habilitation des imams
anouar Kbibech
Par Amélie V.

 

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) est une association régie par la loi de 190 sous l’égide du ministère de l’Intérieur, et qui a vocation à représenter les musulmans de France.

 

Toutefois, dans la pratique, d’après Dalil Boubakeur, ancien président, cette instance représente plus le culte musulman plutôt que les musulmans.
Le CFCM intervient donc dans les relations avec le pouvoir politique français, dans la construction des mosquées, dans le marché des aliments halal, dans la formation de certains imams, dans le développement de représentations musulmanes ainsi que dans les prisons et dans l’armée française, dans la nomination d’aumôniers, dans les hôpitaux et dans la construction de carrés réservés aux musulmans dans les cimetières. Enfin, le CFCM tente de coordonner les dates des fêtes religieuses comme celles du ramadan.

 

Nouvelle résolution

 

C’est arrivé, onze jours après les attentats de Paris, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech, a annoncé, à la sortie d’une réunion au ministère de l’Intérieur, mardi 24 novembre la mise en place d’une « habilitation » des imams dans le but de promouvoir un islam tolérant et ouvert en France par une formation sur les connaissances du contexte français, de l’histoire des religions ainsi que des institutions de la République et de la laïcité.

 

Au niveau pratique, le CFCM prévoit une vérification des connaissances théologiques et de l’adhésion aux valeurs républicaines ainsi que la signature d’une « charte de l’imam » en cours d’élaboration.
Il devient important pour la communauté musulmane de rappeler aux jeunes les valeurs de l’islam.
En effet, pour la plupart des imams, même si les musulmans « n’ont pas à se justifier de ces ignominies », ils rappellent que ces terroristes sont « des enfants de notre pays qui se prévalent de l’islam, mais ils instrumentalisent et dévoilent les textes du Coran ».
Ils estiment donc devoir faire comprendre et accepter un concept des plus importants pour l’Islam : la sacralité de toute vie humaine.
Les membres du CFCM ont pris conscience qu’il fallait prendre conscience des alertes donné par les jeunes qui scande « je hais la France », les institutions musulmanes, les imams, les pouvoirs publics les familles ainsi que l’Education nationale doit jouer un rôle afin d’éviter la radicalisation.

 

C’est donc après une rencontre entre le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et Anouar Kbibech qu’ils ont affirmé qu’il s’agirait d’une sorte de « permis de conduire ».
Le principe est de demander aux imams de rappeler dans leurs prêches, l’attachement indéfectible de toute la communauté au pacte républicain ainsi qu’aux valeurs qui font la France.
Par la suite, il faudrait faire attention aux responsables des différentes fédérations musulmanes dont celles qui sont liées au Maroc, à l’Algérie ou encore à la Turquie qui se trouvent proches des Frères musulmans.

 

Une heureuse Union

 

Un des administrateurs de l’Union des Organisations Islamiques de France, Khaled Bouchama, se félicite du texte solennel publié par le CFCM qui sera diffusé dans les mosquées.
Il a d’ailleurs ajouté : On est tous touchés par ce qui s’est passé et le fait d’unifier les idées auprès des imams pour parler d’une même voix. C’est quelque chose de très important, vis-à-vis de nos coreligionnaires d’abord et vis-à-vis de nos concitoyens », avant d’ajouter : « Nous encourageons cette initiative et nous espérons franchement que les imams joueront leur rôle pour parler de ce message de fraternité ».

 

Une question se pose alors : va-t-on vers un diplôme pour exercer la profession d’imam en France ?

 

Même si le CFCM préfère parler d’une sorte de permis de conduire, on n’en est pas loin.
Délivrer des certifications permettrait de valider l’exercice de la profession d’imam, en prenant en compte l’adhésion des futurs imams agrées aux Valeurs de la République et à la signature d’une « charte de l’imam » en cours d’élaboration.

 

En revanche, rien n’indique à ce stade que cette habilitation sera une obligation pour recruter un imam.

Même si, en outre, le CFCM mettra en place à travers cette charte un « engagement » de chacun sur « un certain nombre de points forts », notamment « des éléments de discours pour qu’ils puissent propager un islam ouvert, tolérant » et « respectueux des lois de la République », sans pour autant avoir donné des précisions sur les tests, examens ou la façon dont allait se passer la supervision.
Anouar Kbibech a également annoncé la mise en place prochaine d’un « conseil religieux », chargé d’élaborer ce discours alternatif afin de démontrer sur le plan théologique tout l’argumentaire utilisé par les organisations terroristes et djihadistes pour embrigader les jeunes ».

 

Il est vrai qu’après, nous pouvons nous demander si le CFCM se définit comme une instance représentative.
Rappelons que le CFCM est animé par des responsables de fédérations de mosquées et travaille en lien avec l’influente UOIF, proche des Frères musulmans.
Par ailleurs, l’enjeu de la certification sera important surtout pour les autres comme des imams indépendants et parfois « autoproclamés » auxquels ont recours des mosquées sans lien avec les grandes fédérations.
En outre, l’obtention du label du CFCM ne conditionnera pas la possibilité ou non pour un imam de prêcher dans ces lieux. Mais « retirer l’habilitation permettrait de mettre les mosquées devant leurs responsabilités » a estimé Anouar Kbibech.

 

L’intention reste tout de même bonne, étant donné que le Conseil français du culte musulman compte diffuser un « texte solennel » condamnant « sans ambiguïté » toute forme de violence ou de terrorisme, auprès de 2500 mosquées de France.

Pour conclure, il reste tout de même une ombre au tableau.
Effectivement, étant dans une République démocratique, laïcité oblige, ce ne sont pas les autorités publiques elles-mêmes qui habiliteront les imams, interdiction formelle de la loi de 1905 portant sur la séparation des Eglises et de l’Etat.
Il faut juste espérer que les membres du CFCM soient objectifs…