Tag Archives: islam

Opinion: le « masochisme moralisateur » ou les maux de l’Occident
Nous sommes Charlie
Par Inès M.

 

Quand le secrétaire particulier de Sartre, Octavio Paz, trouvait les mots justes pour définir le malaise de l’Occident
Le retour du bâton ou du boomerang, s’il y a une expression qui marque le débat intellectuel de l’après 13 novembre, c’est bien celle-ci. Selon certains intellectuels français, nous, Occidentaux, aurions créé le monstre islamique qui nous attaque. Nous aurions nourri l’islamisme radical de l’humiliation et du ressentiment entrainés par nos politiques néocoloniales, impérialistes et discriminatoires. Pire, nous continuerions dans la stigmatisation en perquisitionnant des mosquées identifiées comme radicales, perpétuant le sentiment d’ostracisme perçu par une partie de la communauté musulmane de France, que nous pousserions dans ses retranchements et dans les bras de l’islamisme. Et le hashtag désormais emblématique #perquisitionable de fleurir sur les réseaux sociaux… L’Occident est coupable, et c’est imparable.

 

Ce raisonnement biaisé par une culpabilité mal placée et un ethnocentrisme flagrant (tout sur Terre semble être la conséquence d’un acte perpétré par l’Occident) est ce qu’Octavio Paz appelait “le masochisme moralisateur”. Il définit celui-ci comme un dénigrement systématique ayant perverti le mécanisme critique, une sorte d’auto-flagellation constante propre aux démocraties. Et Octavio Paz de prévenir : peu sûres de leurs valeurs et leurs principes, les démocraties sont alors trop hésitantes à répondre aux attaques qu’on leur porte. Ainsi faudrait-il prendre garde à ce que les ennemis de la démocratie ne bafouent pas les principes démocratiques au nom de la liberté que celle-ci leur en offre. Or c’est précisément ce qui se passe.

 

Aujourd’hui, les démocraties occidentales sont attaquées au nom du djihad. Djihad qui, rappelons-le, n’a pas été créé par l’Occident. C’est une notion qui existe depuis les commencements de l’islam, et qui désigne un projet de conquête et de soumission du monde non musulman. Aujourd’hui, le djihad a deux visages, celui désormais bien connu de la barbarie de l’Etat islamique, et celui plus discret mais tout aussi dangereux des Frères Musulmans, dont un des leaders spirituels, Youssouf al-Qaradawi, déclare que, s’il est bien licite de pratiquer le djihad contre les mécréants et les apostats du monde musulman, l’Europe devrait être islamisée “non par le glaive mais par le prêche”.

 

Or, le prêche est licite en Europe, c’est bien pratique, il est même protégé comme le sont toutes les libertés religieuses … C’est donc sous la protection des démocraties que sévissent parfois des prêcheurs fanatiques, comme Youssouf al-Qaradawi, invité régulier de l’Union des Organisations islamiques de France (UOIF) jusqu’à son interdiction d’entrer sur le territoire français en 2012. L’invité en dit long sur le tenant idéologique de l’UOIF, pourtant toujours chargée de la formation des imams de France ! Ce n’est pourtant pas nouveau, c’est même le leitmotiv de l’UNESCO depuis sa création en 1945 : “les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix,” en d’autres termes le prêche mène au glaive et la violence est inséparable du discours qui la justifie…

 

Pour faire face à une stratégie comme celle des Frères musulmans qui se servent de la démocratie contre elle-même il est temps d’arrêter avec l’auto-flagellation. A quand donc une réaction forte de la part de nos démocraties mobilisées et conscientes de l’importance de défendre leurs valeurs de tolérance et de paix ? Mettons fin aux discours de haine des Frères musulmans, du moins là où nous en avons le pouvoir: sur notre territoire.